OLYMPUS(Canada) >

GALERIE PRO

Adrian Rohnfelder

Adrian Rohnfelder

Mon penchant pour les décors isolés et désolés, ainsi que pour les volcans actifs accroît considérablement mes exigences en matière d’appareil photo. Il doit être compact, léger et pratique à la fois, même sur des collines escarpées et lors de randonnées intenses. Certaines conditions étant parfois extrêmes (cendres volcaniques, humidité, froid, gaz chauds et corrosifs, etc.), un boîtier de protection robuste est un impératif absolu. Une qualité d’image optimale va bien sûr de soi. J’accorde également beaucoup d’importance à l’intensité lumineuse et à la stabilisation d’image, ainsi qu’au poids global car je ne peux pas toujours emporter de trépied.

Pour réaliser un test intensif de l’OM-D E-M1 Mark II dans des conditions extrêmes d’utilisation, j’ai choisi le Mont Blanc et les volcans d’Islande. L’appareil photo devait faire ses preuves dans diverses conditions : alpinisme, geysers bouillonnants, fines cendres volcaniques et cascades. Mon objectif était de capturer les formes, les couleurs, la beauté et la puissance d’un environnement particulièrement hostile.

Au cours de ces dernières années, j’emportais de nombreux appareils photos, y compris de marque Olympus. Mais, dès la première utilisation, j’ai eu l’impression d’avoir toujours voyagé avec l’E-M1 Mark II. Il offre une excellente tenue dans la main, une grande fiabilité sans être envahissant, un poids idéal, ainsi que des fonctionnalités de réglage et de mise au point rapides. Il s’est également avéré pratiquement indestructible. J’ai repoussé chaque jour les limites jusqu’à finalement confronter l’E-M1 Mark II à un torrent d’eau boueuse. Et l’appareil photo a fonctionné parfaitement sans montrer la moindre défaillance.

Contrairement au modèle précédent, il se démarque par une mise au point automatique plus rapide et un stabilisateur d’image grandement amélioré. Impressionnant !Des nombreuses fonctionnalités intégrées, les plus importantes à mes yeux restent l’affichage précis sous forme de pourcentage du niveau de la batterie et des temps de recharge nettement réduits. Une courte pause-café sur la route permet ainsi de récupérer au moins 50 % de la capacité d’une batterie déchargée. Je suis également entièrement satisfait de pouvoir désormais réaliser des vidéos 4K, ce qui constitue une nécessité absolue pour les programmes multimédias actuels.

Après avoir réalisé les deux tests ci-dessus, je peux dire sans hésiter que j’échangerais immédiatement mon matériel actuel contre un OM-D E-M1 Mark II. Au cours de ces deux voyages, j’ai pu capturer des images extraordinaires que seul cet incroyable appareil photo permet.

Adrian Rohnfelder

Adrian Rohnfelder

Allemagne

Adrian Rohnfelder a reçu son premier appareil photo à son 6e anniversaire. Depuis, il ne l’oublie jamais quand il part en voyage. En 2008, un voyage en Indonésie a aiguisé son intérêt pour les terres lointaines et les volcans actifs. En 2013, le photographe autodidacte s’est finalement lancé en tant que photographe indépendant pour tirer profit d’une seconde source de revenus. Photographe de voyage et photojournaliste, il a pris pour sujets les paysages, la nature et les documentaires. Son langage visuel se caractérise par des images colorées qui expriment la beauté et la force de la nature. Son travail a été publié dans des magazines et dans des journaux nationaux et internationaux et récompensé par de prestigieux prix dans le domaine de la photographie professionnelle. Adrian Rohnfelder présente également ses expériences de voyages sous forme de productions multimédias.